Octopush pour assister les pompiers et le Raid

18 févr. Octopush pour assister les pompiers et le Raid

L’entreprise cugnalaise Airborne Concept développe un drone volant de nouvelle génération capable de se déplacer de manière autonome en environnement inconnu.

La région Occitanie va verser 305 000 € à l’entreprise Airborne Concept, basée dans le Parc d’activité de Francazal, pour accompagner le développement sur trois ans du projet Coopol (capacité d’appui aux opérations de secours et police) un projet de développement de drones innovants destinés dans un premier temps à être utilisés par la police et les pompiers parisiens.

«Les drones donnent plus de visibilité pendant le commandement des opérations de secours, explique le capitaine Olivier Ricard, du groupement opérations du SDIS 31, qui utilise déjà deux drones dans le cadre de ses opérations. Ils apportent plus de sécurité pour les intervenants en milieu hostile, par exemple au contact du feu.»

Les drones actuellement utilisés par les services de secours restent assez dépendants de leurs pilotes et nécessitent l’usage de la géolocalisation par satellite en cas d’utilisation de l’autopilote.

«Le drone que nous allons développer, explique le président d’Airborne Concept Arnaud Le Maout, sera bardé de capteurs – sonar, télémétriques, infra-rouge, etc. – et sera capable de se mouvoir de façon autonome à l’intérieur d’un bâtiment inconnu de façon très autonome en évitant les obstacles».

«Concrètement, explique le responsable R & D Cédric Lefort, il s’agira par exemple de pouvoir intervenir dans le cadre d’un incendie de voiture dans un parking souterrain, de faire du repérage en intérieur après un accident industriel afin de repérer les victimes, voire de déposer un téléphone portable auprès d’une personne immobilisée.»

«Dans le cadre de missions de maintien de l’ordre, ajoute Arnaud Le Maout, le drone Coopol pourrait par exemple être utilisé pour des missions de reconnaissance à l’intérieur d’un bâtiment en amont d’intervention d’équipes antiterroristes telles que le Raid.

«Ce n’est que de l’observation», précise le directeur technique Vincent Croze. «Les drones armés, ce n’est pas notre créneau», insiste-t-il.

Dirigé par Thalès, un consortium français d’une dizaine d’entreprises et laboratoires développera divers aspects du projet (capteurs, communication, cryptage…) et Airborne Concept, également membre du consortium, s’occupera de l’intégration de ces composantes au sein d’une version améliorée de l’Octopush, un drone à huit rotors de leur conception pesant 8 kg et pouvant se déplacer à une vitesse de pointe de 70 km/h. C’est aussi Airborne Concept qui développera le système de pilotage automatique qui permettra au drone d’évaluer son environnement et de s’y mouvoir de façon autonome. Le cerveau artificiel de ce robot volant, en quelque sorte…

Lire l’article sur la Dépêche.