Drones toulousains au cœur du projet Coopol

06 mars Drones toulousains au cœur du projet Coopol

Le projet Coopol, piloté par Thales, vise à doter les forces de secours et de sécurité d’un système de drones adaptés à leurs besoins. Labellisé par trois pôles de compétitivité, le projet mobilise 10 partenaires, dont le fabricant de drones Airborne Concept.

Une belle vitrine technologique pour Airborne Concept. Spécialisée dans la conception de nouvelles générations de drones et dans le développement d’équipements embarqués sur drones, cette start-up toulousaine, créée en janvier 2014, est un partenaire majeur d’un projet collaboratif piloté par Thales. L’ambition : développer une solution globale de soutien aux forces de secours et de sécurité, s’appuyant sur l’utilisation de drones. Baptisé Coopol (Capacité d’appui aux opérations de secours et police), ce projet bénéficie d’une triple labellisation de la part des pôles de compétitivité Systematic (Ile-de-France), SCS (Solutions communicantes sécurisées – PACA) et Aerospace Valley (Occitanie et Nouvelle Aquitaine) et a été retenu lors du 21e appel à projet du Fonds unique interministériel (FUI). Après une phase préliminaire de quelques mois et la constitution du consortium, le projet vient de démarrer.

10 partenaires dont 3 PME innovantes                                           

Coopol associe pas moins de 10 partenaires. Aux côtés de Thales (dont des équipes de Thales Services et de Thales Communications et Sécurité), on retrouve des partenaires de la recherche publique, dont le LIST, laboratoire du CEA Tech spécialisé dans les systèmes numériques intelligents, le Ceraps (Centre d’Études et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales) et l’IFSTTAR (Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux), mais aussi la brigade des sapeurs-pompiers de Paris et la Préfecture de Police, l’école d’ingénieur Eurecom, à Biot (Alpes-Maritimes) et 3 PME innovantes, Geoconcept, Ektacom et Airborne Concept, chacune mobilisée sur un volet spécifique du projet. Ainsi, Geoconcept, basée à Bagneux (Hauts-de-Seine), est en charge du développement d’un système d’information géographique dédié, capable de visualiser en temps réel la position des drones dans l’espace et de faciliter une planification dynamique de leurs trajectoires. De son côté, Ektacom, aux Ulis (Essonne), apporte son savoir-faire en intégration de solutions vidéo embarquées et sécurisées. Quant à Airborne Concept, installée à Cugnaux (Haute-Garonne), dans la proche banlieue toulousaine, elle assure à la fois la fabrication des plateformes volantes, l’intégration des systèmes embarqués, les tests et la formation des pilotes.

Un système global associant des vols outdoor et indoor

Le projet est particulièrement complexe. «Il s’agit d’assurer des vols à très basse altitude, parfois en essaim, dans des environnements qui peuvent être difficiles, en évitant les obstacles, en assurant de la surveillance à la fois en outdoor et indoor, avec une capacité d’identification très précise, parfois de cibles mobiles, et avec des moyens de communication à la fois cryptés et durcis », souligne Alexandre Ricard, directeur financier d’Airborne Concept, aux côtés de Arnaud Le Maout, Président et ancien commandant de bord dans l’Armée de l’Air. Pour cela, il faudra des drones à la fois petits, agiles, autonomes et robustes. « Nous prévoyons une plateforme modulaire, avec la possibilité d’adapter des équipements en fonction des missions », précise Alexandre Ricard. Le consortium s’est donné trois ans pour aboutir et mobilise un budget global de 4,5 millions d’euros, dont 1,8 million d’euros de subventions. Une première preuve de concept est attendue à échéance de fin 2017.

Lire l’article sur Industries & Technologies.